produitsmayombe1
 produitsmayombe2

Constitution 

La société des Produits du Mayombé fut constituée le 21 mai 1899 avec un capital de 1 million de francs représenté par 10.000 actions de capital de 100 francs ; il fut créé, en outre, 10.000 actions de dividende sdv. Le siège social était établi à Bruxelles.
 
Sur les 10.000 actions de capital, 2.000 furent attribuées aux apporteurs décrits ci-après, les 8.000 actions restantes furent souscrites par :
 

La Compagnie Nationale Financière, 2.960 actions ; La Lulonga, 100 actions ; Mrs, Armand Lepère, 125 actions ; Louis Coetermans-Jenrichs, 100 actions ; Paul Simon, 125 actions ; Victor Moray, 50 actions ; Jean Dumont, 100 actions ; Camille Bourlet, 300 actions ; Gaston Beirlaen, 100 actions ; Emile Bierlaen, 50 actions ; Charles-Louis Bierlaen, 60 actions ; Gustave Dryepondt, 150 actions ; Julien Bastien, 35 actions ; Jean Gauthier, 35 actions ; Valentin Claisse, 100 actions ; Léopol Mélis, 100 actions ; Victorien Lacourt, 50 actions ; Max hemeleers, 420 actions ; Léon Lebrun, 100 actions ; Emile Declercq, 50 actions ; Emile Titeux, 50 actions ; Louis De Ridder, 700 actions ; Julien Chaltin, 50 actions ; le baron Maurice Greindl, 50 actions ; Jean Dupret, 30 actions ; Oscar Dufranne, 50 actions ; Emile Theunis, 80 actions ; Henri Masson, 40 actions ; Henri Genucchi, 110 actions ; Adhémar Daenen, 70 actions ; Arthur Pétillon, 170 actions ; Albert Chizeau, 100 actions ; Arthur Joveneau, 50 actions ; Ernest Van Melckebeke, 100 actions ; Arthur Dutoit, 50 actions ; François De Cooman pour lui et un groupe, 800 actions ; Auguste Hutt, 100 actions ; Aime Hutt, 100 actions ; le baron Adolphe van Zuylen, 75 actions ; Emile Chargois, 40 actions ; Alexandre Vandevelde, 50 actions ; Jean Corbiau, 25 actions.

Les 8.000 actions furent libérées de 75% soit une somme de 600.000 francs mise à la disposition de la société.

Les 10.000 actions de dividende furent distribuées aux apporteurs cités ci-après.

Le 12 septembre 1899, 6.000 actions furent mises en souscription à 130 francs (21-(1901)-91).

Apport(s)

Mr Emile Titeux, contre rémunération de 1.400 actions de capital entièrement libérées et 1.400 actions de dividende, fit apport à la société de :
  • Du résultat de ses études et travaux préliminaires, de ses démarches, voyages et négociations auprès et avec différents établissements industriels ou commerciaux ;
  • De ses démarches faites en vue de l’acquisition d’un terrain d’une superficie de 5.000 hectares dans le Mayombe, ainsi que de l’obtention d’un droit d’option sur un terrain de 5.000 hectares de terre dans la même région ;
  • De ses connaissances spéciales relatives à l’expédition et à la réception des marchandises et au ravitaillement des agents en Afrique, ainsi que de soins, travail et services qu’il s’engagea à apporter dans tout ce qui concerne l’objet de la société et ce aux conditions à déterminer par le conseil d’administration.

La Compagnie Nationale et Financière, contre rémunération de 600 actions de capital entièrement libérées et ainsi que les 8.600 actions de dividende
restantes qui furent réparties par elle suivant ses conventions particulières, fit apport de :

  • De ses participations, appui et services financiers, ainsi que de ses travaux, études et démarches en vue de la constitution de la société.

Premier conseil d'administration

Le conseil d’administration fut fixé à sept personnes :

Louis De Ridder, Paul Simon, Armand Lepère, Max Hemeleers, Arthur Pétillon, Camille Bourlet, Aimé Hutt (21-(1900)-109).

Objet

La société avait pour objet de faire, soit directement par elle-même, soit indirectement par voie de cession, souscription, commandite, fusion ou participation quelconque, dans toutes entreprises analogues, la culture, l’exploitation, l’achat et la vente de tous les produits végétaux généralement quelconques du Congo, tels que tabacs, cafés, cacaos, caoutchoucs, cocotiers et autres, ainsi que toutes les opérations ayant pour but l’écoulement, la transformation, la manipulation ou l’utilisation industrielle ou commerciale des dits produits, comme aussi l’achat et la revente ou échange au Congo de tous produits belges ou étrangers.

La société pouvait faire, dans cet ordre d’idées, toutes opérations ou entreprises commerciales ou industrielles, établir, soit sur les lieux de son exploitation, soit ailleurs, tous comptoirs, factoreries, bureaux, magasins, débits, entrepôts, chantiers, usines et généralement tous établissements commerciaux, industriels ou autres qu’elle crut utile pour la vente, l’achat, l’échange, la manipulation ou la transformation des produits susvisés. Elle pouvait, soit acquérir les immeubles nécessaires ou utiles à son commerce ou à son industrie, soit en obtenir la jouissance par voie de cession, bail, usufruit, concession ou tout autre moyen, ainsi que faire usage de toutes options d’achat ou de jouissance qui lui seraient réservées dans cet ordre d’idées (12-(10/06/1899)-2861).

 

Modification du capital, évènement(s), participation(s), dividende(s), cotation, etc.,

Au rapport de mars 1901, le programme de la société comportait des plantations de caoutchouc et de cacao sur 5.000 hectares de terrain le long du chemin de fer. Pour des profits immédiats, la société créa sur 1.000 hectares une ferme modèle en pleine exploitation, et 4 factoreries à Lovo, Kisundi, Luki et Boma (21-(1901)-91).

Mais le rapport de 1902 indiquait que 1.123 hectares ont été remis sur les 5.000, que les factoreries de Luki et Boma donnaient de bon résultats ; la factorerie de Kisundi avait été supprimée et celle de de Lovo avait été reportée à Tchipipidi. L’élevage de bétail échoua mais celui des petits animaux de basse-cour et la culture maraichère furent prospères (21-(1902)-79).

En 1903, comme pour toute la région du Mayumbé, les résultats furent fort médiocres.

En 1904, le bilan donnait une perte à nouveau de 287.000 francs. Les liquidateurs de la Compagnie Nationale Financière détennait 7.594 actions de capital et de dividende Produits du Mayombé (21-(1906)-69).

Dissolution et mise en liquidation

Les Produits du Mayombé fut dissoute et mise en liquidation le 6 novembre 1905 (12(22/11/1905)-5716).

En 1923, la société procéda à un remboursement de 30 francs aux actions de capital et un autre de 20 francs en 1925 (estampilles sur le titre).