Constitution

La Compagnie Africaine de Navigation fut constituée le 31 janvier 1920 avec un capital de 10 millions de francs représenté par 20.000 actions de 500 francs. Le siège social était établi à Anvers.

Les 20.000 actions furent souscrites par :

La Banque d’Outremer, 8.866 actions ; la Compagnie du Congo pour le Commerce et l’Industrie, 5.783 actions ; la Société Générale de Belgique, 5.201 actions ; Mr Emile Francqui, 20 actions ; Mr Félicien Cattier, 20 actions ; Mr Henry Le Bœuf, 20 actions ; Mr Louis Goffin, 20 actions ; Mr Jules Van den Heuvel, 20 actions ; Mr Georges William Neville, 20 actions ; Mr Albert Elias, 10 actions ; Mr Léon Velghe, 10 actions ; Mr Antoine Franck, 10 actions.

Les actions furent libérées entièrement et un capital de 10 millions de francs fut mis à la disposition de la nouvelle société (12-(21/02/1920)-1596).

Les actionnaires belges de la Compagnie Belge Maritime du Congo eurent la faculté d’acheter du 25 mars et 5 avril 1920, à titre irréductible, des actions de la Compagnie à 505 francs et dans la proportion de 5 actions de la Compagnie Africaine de Navigation pour 6 actions de la Compagnie Belge Maritime du Congo (21-(1920)-1299).

Premier conseil d’administration

Le conseil d’administration était de 7 membres :

Mrs Emile Francqui, Edwin Bicker Caarten, Félicien Cattier, Louis Goffin, Henry Le Bœuf, Georges William Neville, Jules Van den Heuvel (21-(1920)-1299).

Objet

La société avait pour objet toutes affaires se rattachant, à quelque titre que ce soit, à la navigation ou aux transports maritimes et notamment à l’affrètement, l’achat, la vente, la construction et la réparation de navires, l’agence, le courtage, l’arrimage, l’entreposage et l’assurance.

Elle pouvait faire, en outre, toutes opérations commerciales, industrielles ou immobilières qui se rattachaient directement ou indirectement, en tout ou partie, à l’une ou l’autre branche de son objet ou qui aurait été de nature à favoriser son commerce.

Elle pouvait s’intéresser par voie d’apport, de cession ou de participation ou par tout autre moyen, dans toutes sociétés ou entreprises dont l’objet aurait été similaire ou connexe au sien. (1)

Modification du capital, évènement(s), participation(s), dividende(s), cotation, etc.,

La société avait fait l’acquisition, en 1920, de cinq cargos : le Mayumbe, le Matadi, Le Mateba, le Madimba et Uromi représentant environ 22.000 tonnes de portée en lourd.

En 1921, le Madimba, au large de Douvres, naviguant vers l’Afrique a été abordé et coulé. Le vapeur Uromi fut vendu à la Compagnie Belge Maritime du Congo (21-(1922)-1624).

Les résultats de l’exercice de 1922 furent loin d’être satisfaisants, la perte au bilan était de 1.400.000 francs contre 680.000 francs l’année précédente (21-(1924)-1457).

En 1925, pour faire face aux demandes, la société acquit deux nouvelles unités, le Maniema et le Mamkiba. La situation de la société s’améliora, un bénéfice de 99.000 francs fut comptabilisé (21-(1926)-1846).

En 1926, dans le but de desservir les ports de la côte orientale d’Afrique (Mombassa, Dar-el-Salam, Beira et Port-Elisabeth), la société acquit cinq cargos, chacun d’une portée en lourd de 8.000 tonnes. Le premier départ eut lieu le 13 février 1927. Toutes les voies maritimes d’accès aux différentes parties de la Colonie furent ainsi desservies par des lignes battant pavillon national. A cette occasion, l’armement entra dans la Conférence sud-africaine, qui réunissait toutes les lignes importantes desservant les régions du Sud et de l’Est du continent africain ; c’était la première fois qu’un armement belge fut admis au sein de cette Conférence. Pour acquérir ces vapeurs, des moyens financiers furent fournis par l’augmentation de capital. Fin de cet exercice, la société acquit trois vapeurs d’une portée en lourd de 5.000 tonnes (21-(1927 t3)-120 et 121).

L’augmentation de capital eut lieu le 12 novembre 1926, le capital fut porté de 10 à 45 millions de francs par la création de 70.000 actions nouvelles de 500 francs, jouissance 1 janvier 1927, ces dernières furent souscrites par la Banque d’Outremer (44.100 actions) et le Société Générale de Belgique (25.900 actions). 10.000 actions nouvelles furent offerts aux anciens actionnaires à titre irréductible seulement, du 10 au 24 janvier 1927, au prix de 525 francs et ce à raison de 1 action nouvelle pour 2 anciennes (21-(1927 t1)-1215).

africainenavigation

La flotte de la société se composait de 13 unités d’une portée en lourd globale de 83.000 tonnes (21-(1927 t3)-120 et 121).

La société acheta, en 1927, à la Compagnie Belge Maritime du Congo, deux vapeurs de charge et avait passé commande d’un cargo de 5.000 tonnes. La société prit une participation dans la Mercantile Marine Engineering Works (21-(1928 t3)-131).

La société distribua un dividende net pour les exercices 1926, 27 et 28 respectivement 39, 50 et 50 francs. L’action de capital fut cotée à la bourse de Bruxelles ; le cours était de 1.850 francs au 31 décembre 1927 et de 1.735 francs au 31 décembre 1928 (21-(1929 t3)-202).

Dissolution et mise en liquidation

L’AGE du 11 juin 1929 décida de dissoudre la Compagnie par apport de sa situation active et passive à la Compagnie Belge Maritime du Congo, contre les 45.000 actions de 500 francs entièrement libérées de la Compagnie Africaine de Navigation. L’échange des titres s’effectua à partir du 1 novembre 1929 à raison d’une action de la Compagnie Belge Maritime du Congo pour deux actions Compagnie Africaine de Navigation. La liquidation fut clôturée le 7 novembre 1929 (21-(1929 t3)-201).