Cliquez sur l'image pour agrandir le titre

trustcolonial1
trustcolonial2

Constitution

Le Trust Colonial fut constitué le 7 avril 1899 avec un capital de 15 millions de francs représenté par 150.000 actions de capital de 100 francs belges ; il fut créé, en outre, 150.000 actions de dividende réparties par moitié à titre d’avantage à L’Africaine et l’autre moitié aux autres souscripteurs, au prorata de leurs souscriptions.

Les 150.000 actions de capital furent souscrites par 301 comparants : 

Les actions furent libérées à concurrence de 25% et une somme de 3 millions fut mise à la disposition de la nouvelle société (12-(24-25/04/1899)-1973).

Le 2 mai 1899, 25.000 actions de capital furent mises en souscription publique au prix de 110 francs (21-(1901 t1)-781/782)

Objet

A titre principal, toutes opérations financières et de crédit qui furent de nature à faciliter et à développer les entreprises coloniales, quelles qu’en soient leur nationalité ou leur nature et qu’elles aient pour but le commerce, l’industrie, l’exploitation des richesses du sol ou du sous-sol, les travaux publics, les voies de communication ou les transports par terre et par eau ;

S’intéresser dans toutes autres entreprises, participer à leur exploitation, à la constitution de sociétés pour leur exploitation ou à leur cession ou apport à des sociétés à constituer ou déjà constituées ;

Acquérir et vendre toutes valeurs d’Etat, obligations et actions de sociétés ayant pour but des entreprises coloniales, accessoirement d’autres valeurs ; faire sur ces titres toutes opérations de crédit, les émettre ou participer à leur émission et à leur placement, soit par souscription, soit par garantie ;

Concourir à l’acquisition de tous domaines coloniaux ainsi que tous privilèges, toutes concessions territoriales, agricoles, minières ou autres ; à cet effet, faire, directement ou par intermédiaire avec les gouvernements, compagnies à charte ou autres, toutes opérations tendant à l’obtention de concessions et privilèges, contribuer à leur mise en valeur, en faire apport ou cession, fusionner avec d’autre sociétés et faire, en un mot, en tous pays toutes opérations financières, commerciales, industrielles, immobilières et autres qui soient susceptibles d’une manière directe ou indirecte de développer le mouvement colonial ou l’application de ce que comporte son objet social ;

Faire toutes ses opérations soit en son nom, soit au nom de tiers et pour leur compte ou en participation avec eux (12-(24-25/04/1899)-1973).

Modification du capital, évènement(s), participation(s), dividende(s), cotation, etc.,

Le Trust Colonial fut créé par L’Africaine, Banque d’Etude et d’Entreprises Coloniales et était destiné à apporter à celle-ci son concours financier pour la réalisation d’affaires en cours ou nouvelles (21-(1901 t1)-781/782).

Les deux premiers exercices seront bénéfiques, par la suite les pertes s’accumuleront.

Elle créa avec l’Africaine plusieurs filiales (voir L’Africaine).

Une créance de +/- 5 millions sur l’Africaine est mentionnée dans le rapport de 1904 mais la composition du portefeuille est toujours ignorée ; il aurait été composé des mêmes valeurs que celui de L’Africaine (21-(1906 t1)-671).

Pour l’exercice 1906-1907, les pertes accumulées furent compensées par la réduction du capital et réserve, le capital fut alors ramené à 3.750.000 francs et la valeur nominal des actions à 25 francs.

En 1907, le portefeuille fut communiqué ; les titres, participations et propriété donnés en gage furent remis à la Société La Luinha qui, à l’intervention de le Cie Auxiliaire Générale de Paris, prêta sous conditions et pour 5 ans au Trust Colonial la somme de 650.000 francs.

La même année le Trust vendit à la Luinha pour 300 .000 francs le domaine de la Lifane dans l’Angola portugais. L’estimation du portefeuille complet était de 4.197.000 francs ; seulement deux valeurs étaient cotées.

La créance du Trust sur L’Africaine fut réglée par le transfert de tout l’actif et passif de L’Africaine sauf les titres du Trust Colonial (21-(1908 1)-1302/1303).

En 1908, la convention faite avec la Luinha fut annulée, cette convention apportait la majeure partie de son portefeuille à des conditions qui laissait le Trust dans une situation précaire, la nouvelle convention comportait la cession à la Compagnie d’Entreprises Coloniales d’une partie réduite de son portefeuille, une autre partie servant à libérer le Trust de la plus grande partie de ses dettes ou engagements et le surplus lui restant. Le Trust posséda après ce remaniement 22.000 actions ordinaires Cie Entreprises Coloniales, un portefeuille porté pour 259.000 francs, une participation dans Mozambique Mines de 139.000 francs, 1.155.000 de débiteurs, 972.000 francs de dettes (21-(1910 t1)-812/813)

Le 6 mars 1911, le capital fut réduit à 1.500.000 par réduction de la valeur nominale des actions à 10 francs.

La même année, la société transigea avec trois créanciers contre remise de 6.500 actions ordinaires Cie Entreprises Coloniales. Il lui restait 15.500 actions ordinaires estimées à 131.750 francs, un portefeuille évalué à 6.925 francs et des dettes pour 283.000 francs (21-(1912 t1)-1569/1570).

Cours au 31/12

Exercices

Act cap.

Act div.

1899

70

40

1900

41

19

1901

28

14

1902

19

7

1903

20

6

1904

15

4

1905

15

5

1906

14

3

1907

9

2

1908

7

1

1909

4

1

1910

6

1

(21-(1912 t1)-1569/70)

Fusion, faillite, dissolution et mise en liquidation

Le Trust Colonial fut dissout et la société fut mise en liquidation le 29 décembre 1911 (12-(19/01/1912)-431).