Cliquez sur les images pour les agrandir

sucriere congo1

Constitution

La Compagnie Sucrière Congolaise fut créée le 8 avril 1925 avec un capital de 30 millions de francs représenté par 50.000 actions 1ière série de 100 francs et 50.000 actions 2ième série de 500 francs. Le siège social fut établi à Tumba et le siège administratif à Bruxelles.

Les 50.000 actions 1ière série furent souscrites et immédiatement libérées de 20% comme suit :

  • 25.000 actions par la Banque d’Outremer S.A.
  • 25.000 actions par la Compagnie de Congo pour le Commerce et l’Industrie C.C.C.I.

Les 50.000 actions 2ième série furent souscrites et immédiatement libérées de 20% par :

Noms

La Banque d’Outremer S.A.
La Compagnie de Congo pour le Commerce et l’Industrie C.C.C.I. S.A.
La Société Générale de Belgique S.A.
La Mutuelle Mobilière et Immobilière S.A.
MM F.M. Philippson et Cie S.N.C.
Henri Lambert
Le Crédit Général du Congo S.A.
MM Fabri et Cie S.C.S.
Josse Allard
La Société Coloniale Anversoise S.A.
La Banque Commerciale du Congo S.A.
Henri Naus
La Sucrerie et Raffinerie de Moerbeke-Waes S.A.
La Raffinerie Tirlemontoise S.A.

La Sucrerie Frans Wittouck S.A.r

Nombre

11.500
6.500
6.000
5.000
4.000
2.000
2.000
1.000
500
1.000
400
5.100
2.000
2.000

1.000

Le 18 juin 1925, 30.000 actions 2ième série entièrement libérées furent offertes en souscription au prix de 575 francs.

Premier conseil d’administration

Administrateur : Maurice Lippens, Henri Naus, Arthur Bemelmans, René Boël-Solvay, Désiré de Schoonen, Emile Lejeune-Vincent, Albert Marchal, Jean Marien, Jules Philippson, Firmin Van Brée, Jean Wittouck.

Commissaires ; Jules Mahilion, Marcel Serruys, Paul Simon, G. Tibbaut, comte Rodolphe van der Burgh.

Objet

La fabrication du sucre en Afrique et notamment dans la colonie du Congo belge, la culture de la canne ainsi que tous autres végétaux utilisés pour la fabrication du sucre, la fabrication de tous sous-produits, l’exploitation, le commerce, la transformation de tous produits et sous-produits agricoles ou utilisés en sucrerie.
Faire sans limitation de nature ou de lieu, toutes entreprises et opérations accessoires ou connexes.

S’intéresser dans toutes entreprises ou opérations de nature à favoriser la réalisation de son objet (12-(28/06/1925)-8367).

Modification du capital, évènement(s), participation(s), dividende(s), cotation, etc.,

Le 9 novembre 1926, le capital fut porté à 60 millions de francs par la création de 50.000 actions 1ière série de 100 francs et 50.000 actions 2ième de 500 francs, émises respectivement au prix de 120 et 600 francs et souscrites par la Banque d’Outremer. Celle-ci les offrit en souscription aux actionnaires, au même prix, titre pour titre et irréductiblement.

Pendant le courant de l’année 1926, les travaux d’établissement dans la vallée du Kwilu-Madiata se poursuivit normalement, la construction de la cité européenne est entreprise, de même que les travaux de raccordement du chemin de fer à l’usine.

Fin 1926, 103 hectares étaient plantés, 120 hectares étaient labourés et plus de 200 hectares étaient débroussés et dessouchés. Le train arriva en août 1927 à l’exploitation de Kwilu.

Du 7 au 11 mars 1927, 20.000 actions 2ième série furent mise en vente par souscription publique au prix de 1.200 francs par titre (21-(1928 t1)-660-661).

Durant les années 1927 à 1929, la Société continua à développer l’extension des cultures, la construction de l’usine, le développement de la voie ferrée et l’achèvement du village des travailleurs.

En 1929, la production de sucre d’une polarisation supérieure était de 820 tonnes. (21-(1930 t1)- 688).

Pour améliorer la production, la Société décida, le 10 novembre 1931, de transformer la représentation du capital et d’augmenter celui-ci comme suit :

  • Transformation des actions 1ière série de 100 francs en actions 2ième série de 500 francs, l’échange se fit à raison de 5 actions de 1ière série de 100 francs pour 1 action 2ième série de 500 francs. Les 120.000 actions de 2ième série prirent le statut d’actions ordinaires.
  • Augmentation du capital de 40 millions pour le porter à 100 millions de francs par la création de 80.000 actions privilégiées de 500 francs souscrites au pair et entièrement libérées par la Compagnie du Congo pour le Commerce et l’Industrie, avec engagement de les offrir par préférence aux anciens actionnaires à raison de 2 actions privilégiées pour 3 actions ordinaires (21-(1935 t1)-744).

Durant les premières années 30, la production de sucre cristallisé progressa d’année en année pour en arriver en 1935 à une production de 8.467 tonnes.

L’année 1936 fut une année difficile pour la Société ; la crise mondiale provoqua une baisse dans le prix du sucre, déjà ressentie les années précédentes, et atteint durement la Société qui était en pleine croissance.

En 1937, la Société poursuivi le redressement, les résultats de la campagne 1937 confirma l’efficacité des méthodes culturales depuis quelques années ; le 30 novembre, la Société décida la réorganisation financière par une réduction du capital de 40 millions pour le ramener à 60 millions de francs par amortissement de pertes et autres postes du bilan. La valeur nominale des actions privilégiées et ordinaires fut supprimée.(21-(1940 t1)-309-10).

Pendant les années de la seconde guerre, la Société poursuivi la fabrication du sucre et la vente du sucre progresse.

A partir de 1946 la Société prit un nouveau départ, sa superficie soumise à récolte était de 2.366 hectares contre 2.290 en 1940, ses ventes étaient de 8.261 tonnes pour le Congo belge contre 2.152 en 1940.

Le 17 novembre 1947, la Société mis en paiement les dividendes pour les exercices (21-(1946-47 t6)-2740 à 2743) :

Exercices

Act priv brut

Act ord brut

1940

30

30

1941

30

30

1942

30

30

1943

40

40

1944

45

45

1945

45

45

1946

60

60

La Société finit les années quarante par une progression de sa production et de ses ventes, ce qui permit de faire des bénéfices et de distribuer des dividendes :

Exercices

Act priv brut

Act ord brut

1947

60

60

1948

70

70

1949

70

70 (1)

(1) Coupon des nouveaux titres

Du 27 mars au 30 septembre 1950, la Société procéda, en application de la loi du 17 janvier 1949, à l’échange titre pour titre des actions Privilégiées et actions ordinaires (21-(1950 t4)-3250 à 3252)

Le 20 novembre 1953, l’AGE décida que les francs formant le capital de la Société étaient des francs congolais. Le même jour, elle modifia la représentation du capital par la transformation des 84.000 actions privilégiées et des 126.000 actions ordinaires en 210.000 parts sociales svn . L’échange se fit à raison d’une part sociale nouvelle pour une action privilégiée ou une action ordinaire et ce à partir du 1 avril 1954. Le capital était alors de 60 millions de francs congolais (21-(1955 t4)-3746 à 3749).

sucriere congo2

Le 15 janvier 1957, le capital fut porté de 60 millions à 150.600.000 francs, sans création de titres nouveaux, par incorporation de réserves et de plus-value sur l’immobilisé. Ensuite le capital fut porté à 250 millions par la création de 71.000 parts sociales  émise au prix de 1.400 francs et souscrites par la Compagnie du Congo pour le Commerce et l’Industrie qui se chargea de les offrir en vente, au même prix majoré de 90 francs pour frais , à concurrence de 70.000 parts aux propriétaires de parts anciennes, à titre irréductible dans la proportion de 1 part sociale nouvelle pour 3 anciennes, et en outre, à titre réductible pour les parts non absorbées ; les 1.000 parts restantes furent réservées aux membres du personnel de la Société.

sucriere congo3

Durant la décennie 50, La Société continua sa progression et depuis 1957, l’augmentation du capital a apporté près de 100 millions de francs destinés à l’établissement de nouvelles installations susceptibles d’absorber une production toujours croissante.

Fin 1960, la superficie soumise à la récolte était de 3460 hectares contre 2759 en 1950, la production totale de sucre cristallisé blancs était de 25.933 tonnes contre 12913 en 1950 (21-(1960 t3)-3029 à 3032).

Dividendes payés entre 1950 et 1960

Exercices

Act priv brut

Act ord brut

1950

70

70

1951

75

75

1952

85

85

1953

(1)

80

1954

(1)

85

1955

(1)

85

1956

(1)

90

1957

(1)

90

1958

(1)

90

1959

/

0

1960

/

0

(1) Coupon net en fb des nouvelles parts sociales

A la suite de l’indépendance du Congo, la Société opta pour le statut juridique belge en exécution de la loi du 17 juin 1960. Elle fut de ce fait soumise à la législation belge et son siège social fut établi à Bruxelles. Elle fit apport le 22 décembre 1961 de ses biens situés au Congo à la Compagnie Sucrière du Congo société congolaise au capital de 1.200 millions de francs congolais et représenté par 562.000 Parts sociales sdv.

La Société belge eut pour nouvel objet :

La fabrication et le raffinage du sucre en Afrique et notamment au Congo, la culture de la canne, ainsi que tous autres végétaux utilisés pour la fabrication du sucre, la fabrication de tous sous-produits, l’exploitation, le commerce, la transformation de tous produits et sous-produits agricoles ou utilisés en sucrerie (21-(1965 t3)-1864).

En 1963, La Société modifia sa dénomination sociale en Société de Gestion et de Financement des Industries du Sucre « SOGESUCRE »

Après, il y eut la zaïrianisation de 1973, la Société congolaise fut nationalisée et transférée à l’Office National du Sucre, ce n’est qu’en 1976 qu’elle sera restituée avec obligation de céder 40% des titres à des partenaires zaïrois (2-(1977-141).

 En 1977, le capital de la SOGESUCRE fut réduit à 235.950.000 francs et un remboursement de 50 francs fut distribué à chaque part sociale en 1978 (2-(1978-136).

Fusion, faillite, dissolution et mise en liquidation, OPA

Du 20 mai au 6 juin 1986, Finasucre fit une Offre Publique d’Achat sur les 40.091 actions coupon 48 attaché encore en circulation au prix de 940 francs ; le 30 septembre de la même année SOGESUCRE sera radiée de la cotation à la bourse de Bruxelles (2-(1987-222). 

Tableaux des cours et chiffres de l'exploitation sucrière de la Compagnie Sucrière Congolaise:

sucriere congo5


Tableau - Exploitation sucrière

Années

1936

1937

1938

1940

1941

1942

1943

1944

1945

1946

1947

1948

1949

1950

1951

1952

1953

1954

1955

1956

1957

1958

1959

1960

Superficie soumise à récolte

2.211 hectares

2.238 hectares

2.290 hectares

2.590 hectares

2600 hectares

2600 hectares

2680 hectares

2620 hectares

2414 hectares

2366 hectares

2567 hectares

2685 hectares

2816 hectares

2759 hectares

2785 hectares

2896 hectares

2785 hectares

2919 hectares

2928 hectares

3011 hectares

3226 hectares

3466 hectares

3574 hectares

3460 hectares

Production totale de sucre cristallisé

9.175 tonnes

13.304 tonnes

14.217 tonnes

15988 tonnes

11.897 tonnes

16.226 tonnes

13808 tonnes

12308 tonnes

13228 tonnes

13288 tonnes

15610 tonnes

15733 tonnes

12602 tonnes

12913 tonnes

14150 tonnes

15283 tonnes

16433 tonnes

15894 tonnes

15790 tonnes

17332 tonnes

19322 tonnes

17678 tonnes

26621 tonnes

25933 tonnes